Les Biffins de la Porte Montmartre (puces de Saint-Ouen)

Les Biffins de la Porte Montmartre (puces de Saint-Ouen)

26 janvier 2010

« Delenda Carthago »

« Il faut détruire Carthage » (expression indiquant l'acharnement à réaliser ce que l'on a à l'esprit. Caton l'Ancien terminait ainsi tous ses discours devant le Sénat à Rome)

« Convaincus que leur combat est juste et d'agir au nom de la raison et dans la raison, les biffins rappellent à Mme Rouillon, maire de Saint-Ouen, que l'idée de réclamer des emplacements est gravée dans leur mémoire comme le stipule le titre. Pour eux, c'est plus que la quête du Graal. Le combat sera poursuivi, dans le calme et dans l'union, avec détermination et acharnement jusqu’à l'obtention de cette revendication, comme ce fut le cas dans le 18e arrondissement.

Nous sommes fiers, Madame, d'avoir agi et donné un coup de pied dans la fourmilière. Nous sommes fiers d'avoir fédéré des gens en grande précarité (comme l'avait dit Mme Mées, adjointe au maire du 18e, lors de la réunion de pilotage du carré des biffins le mardi 8 décembre 2009). Notre réponse est sans fausse modestie : nous n'avons aucun mérite, Madame.

Dans ce règne de désolation et d'incapacité, nous vous demandons encore une fois, au nom de tous les principes moraux, de regarder devant et de retourner à la raison en prenant une décision favorable pour l'octroi officiel d'emplacements côté Saint-Ouen pour les biffins restés sur le carreau. Peut-être changerez-vous d'avis avec l'arrivée de cette nouvelle année, qu'on vous souhaite bonne, à vous ainsi qu'à tous les membres du conseil municipal de Saint-Ouen, de Paris et du 18e.

Encore une fois, faut-il vous rappeler, Madame, que les biffins sont un maillon fort dans le recyclage des objets trouvés et donc utiles dans la chaîne de consommation. Enfin, chère Madame Rouillon, nous voulons voir nos politiques agir comme des médecins et voir les policiers se comporter en anges gardiens et non en gens d'armes, comme on dit, et ce n'est pas interdit de rêver. Et comme vous l'avez affirmé dans l'émission "Complément d'enquête" sur France 2, le 17 janvier 2010 à 22 h 05, vos services ont un vrai partenariat avec la police. Alors gardez, s'il vous plaît, vos policiers pour combattre la délinquance et non les envoyer au marché aux puces chasser les biffins.

Au bout de la queue : le venin
Enfin un petit sourire sans arrière-pensées et trois mois après l'ouverture du carré des biffins, certains sont contents, mais certains très tristes de ne pas faire partie des "élus", de ne pas jouir de ce droit de travailler dans la légalité et pratiquement sans répressions.

Grâce à ses luttes et à ses engagements contre la précarité, leur maire, une fois n'est pas coutume, doit démontrer plus de vaillance et de coffre à travailler avec le maire de Paris comme ce dernier l'a affirmé le jeudi 15 octobre 2009 lors de la présentation du bilan à la mairie du 18e afin de trouver des emplacements côté Saint-Ouen.

Meilleurs vœux à tous ceux qui nous ont soutenus, défendus et aidés. Nous, les biffins, ne sommes pas rancuniers et nous ne tenons pas compte des âneries et des petitesses de certains esprits non brillants qui continuent dans l'ombre à manifester leur mauvaise foi et leur désaccords en faisant semblant de faire le jeu en pilotant le projet. À bon entendeur Tartuffe !

Bref, comme dit le proverbe : "Le cœur n'a pas besoin de permission pour battre" et donc les biffins doivent toujours rester unis et parler d'une seule voix et surtout rester éveillés comme tsé-tsé qui, dans leurs ébats, ne font pas de préliminaires de peur de s'endormir. Tout doit être fait dans la conviction l'amour et pourquoi pas le plaisir puisque en tout cas on va tous passer. Eh oui ! Nous devons prêcher l'amour du travail et de récupération dans la bonne humeur et le respect de la légalité pour perpétuer la noble et première vocation de notre cher marché. Lieu de convivialité qui a été oublié et violé longtemps par les Dieux et par les politiques. Nous avons juré et pris l'engagement de lui redonner, avec tous ceux qui le veulent, sa virginité car nous l'aimons tous. »

Ben, biffin.
Membre actif de l'association « Sauve qui peut »

Posté par biffins à 15:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    je vous trouve sévèrement gonflé d’écrire ce genre de chose,vous avez crée un vaste dépotoire, sans prendre en compte les gens qui habite la porte Montmartre et s'est alentour.
    venez voir votre oeuvre ce samedi et assumé.

    Posté par Loupsauvage, 20 juin 2011 à 00:01

Poster un commentaire