Les Biffins de la Porte Montmartre (puces de Saint-Ouen)

Les Biffins de la Porte Montmartre (puces de Saint-Ouen)

06 novembre 2009

Lettre ouverte à Mme Rouillon, maire de Saint-Ouen

Lundi 2 novembre, biffins et habitants solidaires se sont rassemblés devant la mairie de Saint-Ouen, où se tenait le conseil municipal.
Avec leurs banderoles, ils réclament haut et fort des emplacements, puis se rendent dans la salle du conseil, où Mme Rouillon, maire de Saint-Ouen, leur promet de pouvoir prendre la parole en fin de conseil. Paroles, paroles, paroles !
Ben le biffin lui adresse cette lettre ouverte :

                        Bonne nuit Madame le Maire,

Madame le Maire, perturbée, désarçonnée par les cris des biffins manifestant leur colère au -dessous des fenêtres de sa mairie, mise K.O. par les coups de boutoir répétés des élus d’opposition de droite qui entre autres lui rappellent qu’il y a des biffins au fond de la salle de conseil qui attendent la fin des délibérations de l’ordre du jour pour intervenir comme leur a promis Madame le Maire. Ayant l’air d’être sortie de l’ivresse des profondeurs, elle n’en pouvait plus ; elle décide d’envoyer les biffins à ses adjoints qui à leur tour rempilent et quittent la salle sous la colère et les huées des biffins, de certains adjoints et de quelques citoyens assistant au conseil  municipal de ce lundi 2 novembre 2009.

Il est minuit passé. Quel spectacle pitoyable et quelle dérobade ! On croirait rêver ! : des élus d’opposition de droite défendant et soutenant des biffins qui sont venu et ont attendu jusqu’à cette heure tardive non pas pour demander la charité mais des espaces côté Saint-Ouen pour permettre aux biffins restés sur le carreau d’exercer leur activité. On ne rêve pas et on a l’impression de marcher sur la tête.

Continuant à manifester pacifiquement devant la mairie, trois quart d’heure après minuit, après s’être presque faits jeter de la mairie, je dis bien presque, manu militari, les biffins étaient blessés dans leur âme, toujours méprisés, se dispersaient vers une heure du matin en promettant à Madame le Maire Rouillon une lutte sans merci, une campagne active dans sa propre campagne des Régionales qui s’approchent.

Ils reviendront manifester dans le calme, le pacifisme, la légalité. Oui. Ils reviendront lors des conseils municipaux, expliquant dans les marchés de Saint-Ouen, du 18ème, aux citoyens, la politique sociale menée par une élue de gauche, oubliant les pauvres et les méprisant. Une politique sociale qui n’est que zéro de chez zéro. Madame Rouillon, petite sœur des pauvres, les biffins n’iront pas pleurer et prier à notre dame des sept douleurs. Malgré que ces petites gens qui sont marquées à vie par le fer rouge et qui n’ont eu qu’une vie pauvre en joie et riche en misère, leur cri et leur manifestation, vous l’entendrez où que vous irez. Son écho résonnera dans votre salle de conseil et criera urgence.
Madame, les biffins vous le jurent par les cornes du diable que les citoyens audoniens seront au courant de votre mépris pour ces petites gens et vous le feront savoir dans les urnes. Car beaucoup de biffins, Madame, habitent Saint-Ouen et beaucoup parmi eux s’acquittent de leur devoir civique.

F1010031   

Arrêtez Madame le Maire vos calculs d’apothicaire et ouvrez votre cœur pour que ces pauvres gens puissent retrouver le sourire pendant ces fêtes. Ce marché, qui appartient avant tout aux biffins, ce marché historique qu’on aime, ce marché oublié par les Dieux et les politiques se relèvera des ses cendres et reprendra, grâce aux biffins, sa vocation essentielle et traditionnelle : être au service des nécessiteux sans parler du côté convivial gravé dans le cœur des gens qui le fréquentent.

Enfin, Madame le Maire, nous vous suggérons d’oublier ces réflexes politiques pavloviens qui consistent à mépriser les pauvres et de sortir de ces pratiques stériles qui ne vous font que vous engluer dedans et de prendre des décisions qui vous honorent et vous font respecter et aimer par vos citoyens.


Posté par biffins à 12:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    le courage

    Une telle interpellation se passe de commentaire : si juste, si forte, si drôle. Le courage en politique, c'est là qu'il est !

    Posté par Daniel, 06 novembre 2009 à 16:00
  • Est-ce un cauchemar ?

    Ou est la gauche qui déscend dans les rues pour défendre les opprimés ? Ou est la gauche qui met le social en tete de ses priorités ?

    En tant que militant NPA, je suis indigné de l'indifférence porté par les politiques de ma rive . J'espere, de tout coeur, qu'un réveil sera imminent .

    Posté par Fabien, 07 novembre 2009 à 16:14
  • Cela ne m'étonne pas de la part d'une majorité qui ne se remet jamais en question et qui exerce son pouvoir envers et contre tous. Je rectifierais seulement une chose: Dans l'opposition qui soutenait les Biffins ce soir du 2 novembre se trouvaient des élus de gauche (ASOEA) et du Modem,pas seulement de droite.
    Ne lachez rien, vous n'êtes pas seuls!

    Posté par Jean Fouquart, 08 novembre 2009 à 12:57

Poster un commentaire